bruckner

  • PHILIPPE HERREWEGHE 70 : LES ANNEES HARMONIA MUNDI

    81AjBR6CjDL._SL1210_.jpg

    Lire la suite

  • NIKOLAUS LE GRAND

    Le somptueux coffret que SONY vient de sortir est l'une des plus belles publications discographiques de ces dernières années. Un magnifique hommage à Nikolaus Harnoncourt. Respectueux du pionnier, du défricheur, de l'aventurier de la musique qu'a été le chef autrichien de ses jeunes années (il crée le Concentus Musicus Wien en 1953) jusqu'à son dernier souffle. Chaque oeuvre, chaque période, est expliquée par le maître lui-même dans cette langue si savante et si claire, si éloquente et si intelligente. Lire L'hommage à Nikolaus H.

    Lire la suite

  • BAMBERG 70 ANS

    L'Orchestre symphonique de Bamberg (Bamberger Symphoniker), aussi dénommée Bayerische Staatsphilharmonie, puisque soutenu et financé par le Land de Bavière, fête ses 70 ans d'existence. Une naissance en 1946 dans cette petite ville bavaroise, proche de Bayreuth, dans les circonstances particulières de l'après-guerre. Il est en grande part issu de l'Orchestre philharmonique allemand de Prague, contraint de se dissoudre à la fin de la Seconde Guerre mondiale (https://de.wikipedia.org/wiki/Bamberger_Symphoniker).

    Deutsche Grammophon a réuni une belle collection de 17 CD, souvent parus sous d'autres labels, avec un grand nombre d'inédits et de prises de concerts. À l'évidence, les Bamberger Symphoniker perpétuent une tradition d'excellence dans le répertoire germanique, aucune incursion du côté des Français ou des Russes, mais une sorte d'évidence dans Brahms, Bruckner, Mahler ou Mozart. Et à l'exception de l'actuel directeur musical, le Britannique Jonathan Nott, une fonction quasi exclusivement détenue par des chefs allemands.

    61IvckYMz0L.jpg

    Lire la suite

  • KARL BÖHM : FAUT-IL ETRE SEXY POUR ETRE UN GRAND CHEF ?

    Avouons qu'il avait tout pour déplaire, surtout vieillissant. Sur les photos, les vidéos, et d'après les témoignages de ceux qui ont travaillé avec lui ou plutôt subi sa férule, un personnage acariâtre, mal aimable, méchant souvent, exigeant toujours.

    Karl BÖHM (Graz 1894 - Salzbourg 1981) est pourtant de la race des très grands chefs d'orchestre. Sans doute l'exact opposé, en termes de "look" ou d'exposition médiatique de son compatriote et contemporain Herbert von KARAJAN (1908-1989). Sérieux jusqu'à l'austérité, et pourtant dans la rigueur capable d'une sensualité inattendue, notamment dans les oeuvres de celui qu'il a servi avec le plus de fidélité : Richard STRAUSS. 

    Mais sur Karl BÖHM, on renvoie aux articles que Rémy Louis ne manque pas une occasion de lui consacrer dans DIAPASON. On s'attend d'ailleurs à ce qu'il détaille savamment le contenu du coffret que Deutsche Grammophon consacre aux derniers enregistrements du chef autrichien réalisés pour le label jaune entre 1970 et 1980.

    Il y avait déjà eu une belle réédition de quatre intégrales symphoniques (Mozart, Beethoven, Brahms, Schubert)

    71bQoKNDXZL._SL1460_.jpg

    On n'est pas obligé de souscrire aux options du chef dans des Mozart et Schubert souvent excessivement sages et mesurés, mais il n'y a jamais de contresens ni d'absence de perspective. En revanche, on aime beaucoup ses Beethoven grandioses et ses Brahms denses et fluides à la fois.


     

    Dans le nouveau coffret, des surprises sûrement pour qui n'avait pas suivi de près l'actualité discographique de Böhm : les trois dernières symphonies de Tchaikovski avec Londres - une complicité née sur le tard mais exceptionnelle - creusées, presque classiques, la partition, rien que la partition, une 9e symphonie de Dvorak plus sombre, crépusculaire que jamais avec Vienne, un "live" avec Dresde (les premières amours) de la 9e de Schubert, des Haydn proches de la perfection, et des remake avec Vienne de quelques symphonies de Mozart gravées plus tôt avec Berlin. Une immense 9e Symphonie et une Missa solemnis d'anthologie de Beethoven. Et puis de légendaires versions des 7eme et 8eme symphonies de Bruckner, et l'un de mes disques de chevet depuis longtemps, un bouquet de valses de Strauss, avec la référence absolue du chef-d'oeuvre qu'est Roses du Sud.

    CD 1-4 BEETHOVEN Symphonie 9 (Norman, Fassbänder, Domingo,Berry, VPO*), Ouvertures (Dresde), Missa Solemnis (Price, Ludwig, Ochman, Talvela, VPO)

    CD 5-6 BRUCKNER Symphonies 7 et 8 (VPO)

    CD 7-8 HAYDN Symphonies 88-92, 105 (VPO)

    CD 9-11 MOZART Symphonies 29,35,38-41, Maurerische Trauermusik (VPO)

    CD 12 MOZART Symph.conc.K 297b, Petite musique de nuit

    CD 13 MOZART Requiem (Mathis, Hamari, Ochman, Ridderbusch, VPO)

    CD 14 SCHUMANN Symphonie 4, SCHUBERT Symphonie 5 (VPO)

    CD 15 SCHUBERT Symphonie 8, DVORAK Symphonie 9 (VPO)

    CD 16 SCHUBERT Symphonie 9 (Dresde)

    CD 17 STRAUSS Valses et polkas (VPO)

    CD 18 R.STRAUSS Ein Heldenleben (VPO)

    CD 19-21 TCHAIKOVSKI Symphonies 4-6 (LSO*)

    CD 22-23 WAGNER Préludes et ouvertures (VPO)

    * VPO = Orchestre Philharmonique de Vienne

    * LSO = Orchestre Symphonique de Londres

     

     

     

    81OQSNVhEkL._SL1500_.jpg

  • KARAJAN DERNIERE MANIERE

    On a beaucoup glosé sur l'art (ou les artifices) d'Herbert von KARAJAN plus soucieux de beau son, de technologie séduisante, que de vérité musicale.

    Deutsche Grammophon termine la réédition du legs concertant et symphonique du chef autrichien (1908-1989) par un coffret de 78 CD consacré aux années 1980, les dernières du grand chef. De quoi largement réévaluer (ou confirmer !) une discographie exceptionnelle.

    Le plus émouvant, et le plus réussi, est constitué par les tout derniers enregistrements réalisés à Vienne, après la brouille qui a terni la relation des Berliner avec leur chef "à vie" à partir de 1984 : les trois dernières symphonies de Tchaikovski, les 8e et 9e symphonies de Dvorak, les 7e et 8e de Bruckner, l'inoubliable Concert du Nouvel An 1987, etc.

    Tous les enregistrements sont réalisés avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin à l'exception de ceux marqués d'une astérisque (*) faits avec l'Orchestre Philharmonique de Vienne.

    CD 1 Richard STRAUSS Eine Alpensinfonie

    CD 2 BRUCKNER Symphonie 2

    CD 3 OFFENBACH ouvertures

    CD 4 à 6 Valses, marches, polkas de STRAUSS

    CD 7 à 9 HAYDN Symphonies parisiennes (82-87)

    CD 10 BRUCKNER Symphonie 3

    CD 11 DVORAK, TCHAIKOVSKI Sérénades pour cordes

    CD 12 Richard STRAUSS Métamorphoses, Mort et transfiguration

    CD 13 MENDELSSOHN, BRUCH Concertos violon (Anne-Sophie Mutter)

    CD 14 CHOSTAKOVITCH Symphonie 10

    CD 15 NIELSEN Symphonie 4 "inextinguible"

    CD 16 MOZART Grande messe en ut KV 427 (Hendricks, Perry, Schreier, Luxon)

    CD 17 BRUCKNER Symphonie 1

    CD 18 HOLST Les Planètes

    CD 19 MOZART Une petite musique de nuit, GRIEG Suite Holberg, PROKOFIEV Symphonie 1

    CD 20 SAINT-SAËNS Symphonie 3 (Cochereau)

    CD 21 à 26 HAYDN Symphonies Londoniennes (93-104)

    CD 27 BRAHMS Concerto violon (Mutter)

    CD 28 SCHUMANN, GRIEG Concertos piano (Zimerman)

    CD 29-30 HAYDN La Création (Mathis, Araiza, Murray, Van Dam) *

    CD 31 GRIEG Peer Gynt, suites 1 et 2, SIBELIUS Pelléas et Mélisande

    CD 32 BEETHOVEN Symphonies 5 et 6

    CD 33-34 MAHLER Symphonie 9 (live 1982)

    CD 35 TCHAIKOVSKI Roméo et Juliette, Casse-Noistte (suite)

    CD 36 BEETHOVEN Symphonies 4 et 7

    CD 37 SMETANA La Moldau, LISZT Rhapsodie hongroise 5, WEBER Invitation à la danse, LISZT Les Préludes, ROSSINI Guillaume Tell ouv.

    CD 38 BRAHMS Double concerto (Mutter, Meneses), Ouverture Tragique

    CD 39 BRAHMS Symphonie 2, Variations Haydn

    CD 40 Richard STRAUSS Also sprach Zarathustra, Don Juan

    CD 41-42 BRAHMS Ein deutsches Requiem (Hendricks, Van Dam), BRUCKNER Te Deum (Perry, Müller-Molinari, Winbergh, Malta) *

    CD 43 BEETHOVEN Symphonie 9 (Perry, Baltsa, Cole, Van Dam)

    CD 44 ALBINONI Adagio, VIVALDI Concerto "La Notte", PACHELBEL Canon, BACH Air de la suite 3, GLUCK Danse des esprits d'Orphée et Eurydice, MOZART Serenata Notturna

    CD 45 BIZET L'Arlésienne suites 1 et 2, Carmen suite 1

    CD 46 WAGNER Tannhäuser ouv.et bacchanale, Les Maîtres Chanteurs prélude acte III, Tristan et Isolde, prélude et mort d'Isolde

    CD 47 SIBELIUS Finlandia, Le cygne de Tuonela, Valse triste, Tapiola

    CD 48 BEETHOVEN Symphonies 1 et 2

    CD 49 TCHAIKOVSKI Symphonie 6 *

    CD 50-51 VERDI Requiem (Tomowa-Sintow, Baltsa, Carreras, Van Dam) *

    CD 52-53 BEETHOVEN Symphonies 3 et 8, ouvertures Egmont, Coriolan, Fidelio, Leonore III

    CD 54-55 TCHAIKOVSKI Symphonies 4 et 5 *

    CD 56 DEBUSSY La Mer, Prélude à l'après-midi d'un faune / RAVEL Pavane pour une infante défunte, Daphnis et Chloé suite 2

    CD 57 Richard STRAUSS Ein Heldenleben

    CD 58-59 DVORAK Symphonies 8 et 9, SCHUMANN Symphonie 4, SMETANA La Moldau *

    CD 60 MOZART Ave verum corpus, Messe du Couronnement (à St Pierre de Rome)

    CD 61 Richard STRAUSS Vier letzte Lieder, Die heiligen drei Könige, Scène finale de Capriccio (Tomowa-Sintow)

    CD 62 BEETHOVEN Missa Solemnis (Cuberli, Schmidt, Cole, Van Dam) 

    CD 63 RAVEL Boléro, Rapsodie espagnole / MOUSSORGSKI-RAVEL Tableaux d'une exposition

    CD 64 Richard STRAUSS Till Eulenspiegel, Don Quichotte (Meneses)

    CD 65 MOZART Requiem (Tomowa-Sintow, Müller-Molinari, Cole, Burchuladze) *

    CD 66 MOZART Divertimento 17, Serenata Notturna

    CD 67 WAGNER Tannhäuser ouv., Siegfried Idyll, Tristan et Isolde, prélude et mort d'Isolde (Norman) *

    CD 68-69 Concert Nouvel An 1987 (Battle) *

    CD 70 MOZART Symphonies 29 et 39

    CD 71 BRAHMS Symphonie 1

    CD 72 MOZART Divertimento 15, Une petite musique de nuit

    CD 73 TCHAIKOVSKI Concerto violon (Mutter) *

    CD 74 TCHAIKOVSKI Concerto piano 1 (Kissin)

    CD 75 BRUCKNER Symphonie 8 *

    CD 76 BRAHMS Symphonie 3 , Ouverture Tragique

    CD 77 BRAHMS Symphonie 4

    CD 78 BRUCKNER Symphonie 7 *

    71ti--tL0fL._SX522_.jpg

     

     

  • UN GEANT MECONNU : BERNARD HAITINK

    De la même génération que Claudio ABBADO (1933-2014) Lorin MAAZEL (1930) ou Pierre BOULEZ (1925), Bernard HAITINK (1929) n'est pas et n'a jamais été une star de la baguette. Alors que c'est, à l'évidence, l'un des plus grands chefs de notre temps. Son humilité, sa simplicité ne l'ont jamais conduit à rechercher les feux de la rampe. De ce fait, il a souvent été sous-estimé par la critique internationale, décrit comme un musicien de belle tenue, mais pas assez excentrique sans doute ou médiatique pour figurer en tête d'affiche. 

    Pourtant sa discographie est tout à fait exceptionnelle, et son éditeur historique (Philips passé sous étiquette Decca) a bien fait les choses en rééditant deux imposants coffrets à petit prix, qui permettent de réévaluer singulièrement l'art du chef hollandais.

    51RcpZ5ms6L._SY355_.jpg

    Dans ce coffret de 20 CD, on trouve un bel aperçu à la fois des "fondamentaux" - Bruckner, Mahler - et de l'étendue du répertoire de Bernard Haitink, notamment en musique française.

    Sauf mention contraire, c'est le Concertgebouw d'Amsterdam (dont Haitink a été le chef titulaire de 1961 à 1988) qui est à l'oeuvre.

    CD 1 BARTOK Concerto pour orchestre, Concerto violon 2 (Szeryng)

    CD 2 BEETHOVEN Triple concerto (Beaux-Arts trio), Concerto violon (Krebbers)

    CD 3 BEETHOVEN Symph.1 et 3 (London Phil)

    CD 4 BRAHMS Requiem allemand (Janowitz, Krause, Orch.phil.Vienne)

    CD 5 WAGNER Prélude et mort d'Isolde, BRUCKNER symph 3 (Vienne)

    CD 6-7 BRUCKNER Symph. 8 et 9 

    CD 8 DEBUSSY Nocturnes, Jeux, La Mer, prélude à l'après-midi d'un faune

    CD 9 DVORAK Symph.7, SMETANA La Moldau, SCHUBERT Symph.8

    CD 10 LISZT Concertos, Totentanz (Brendel), Mephisto Valse, Les préludes (Londres)

    CD 11-12 MAHLER Symph. 6 et 9

    CD 13 MOZART ouvertures, HAYDN symph.99 (Londres)

    CD 14 RAVEL Daphnis et Chloé (Boston), Alborada, La Valse

    CD 15 HAYDN Symph.96, SCHUBERT Symph.9

    CD 16 R.STRAUSS Une vie de héros, Mort et transfiguration

    CD 17 MENDELSSOHN, TCHAIKOVSKI, BRUCH : Concertos violon (Grumiaux)

    CD 18 TCHAIKOVSKI Symph.1 et 2

    CD 19 WAGNER ouvertures, BRAHMS Symph. 3

    CD 20 ANDRIESSEN étude symphonique, STRAVINSKY L'Oiseau de feu, TAKEMITSU November steps, MESSIAEN Et expecto resurrectionem

    Tout aussi indispensable, et somptueux, le coffret intitulé BERNARD HAITINK SYMPHONY EDITION 

    514whGkAYOL._SY355_.jpg

     

    qui reprend, excusez du peu, les intégrales des symphonies de BEETHOVEN, BRAHMS, BRUCKNER, MAHLER, SCHUMANN et TCHAIKOVSKI ! Avec ce qui est l'une des plus belles phalanges orchestrales du monde, dans l'acoustique magnifique du Concertgebouw.

    Si pour Mahler, Bruckner, Brahms, Haitink était parfois cité comme référence, la critique a souvent fait la fine bouche - manque d'originalité, sagesse, honnêteté - pour le reste. 

    Et moi-même je m'étais laissé influencer et n'avais jamais vraiment prêté attention aux Schumann, Tchaikovski et Beethoven de Haitink. 

    J'ai complètement révisé mon jugement, et mon admiration pour Bernard Haitink n'en est que renforcée. 

    Absolument rien dans ses lectures de Beethoven, Schumann ou Tchaikovski n'est banal ou indifférent. Au contraire, l'élan, la fluidité, la beauté des couleurs et des lignes ressortissent en pleine gloire. Idem dans Bruckner qui ne se complait pas dans des langueurs métaphysiques, dans Mahler où l'orchestre chante dans son arbre généalogique.

    Deux coffrets en tous points INDISPENSABLES pour Haitink, l'orchestre, et la somptuosité des prises de son Philips.