LE CHEVALIER À LA ROSE / DER ROSENKAVALIER

Au programme cette semaine des concerts de Nouvel An de l'Orchestre Philharmonique Royal de Liège (www.oprl.be) dirigé par Christian Arming, Friedrich Gulda (son concerto pour violoncelle), Johann, Josef Strauss... et Richard Strauss, la grande suite du Chevalier à la rose.

L'occasion de faire le point de la discographie de l'opéra, et des diverses suites orchestrales qui en ont été tirées.

Pour ce qui est de l'opéra, il n'y a, pour moi, que deux versions jamais dépassées, en CD et en DVD.

En CD, la justement légendaire version Karajan de 1956, avec une distribution de rêve : Elisabeth SCHWARZKOPF (la Maréchale), Christa LUDWIG (Octavian), Teresa STICH-RANDALL (Sophie), Eberhard WAECHTER (Faninal), Otto EDELMANN (le Baron Ochs)..

51ukv0K-BIL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En DVD, deux versions dirigées par Carlos KLEIBER, mais pour la jubilation, les sonorités uniques du Philharmonique de Vienne chauffé à blanc, et la Maréchale de Felicity LOTT (qu'on a vue deux fois sur scène, au Châtelet et à Bastille), et Anne-Sofie von OTTER, et Barbara BONNEY, une nette préférence pour celui-ci :

51NZKjjptZL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour les suites d'orchestre, le choix est plus complexe. Il faut d'abord distinguer les "suites de valses" de la "grande suite". Les premières reprennent, condensent les thèmes de valses qui parcourent toute la partition, et particulièrement celles du 2e acte. La "grande suite" est une sorte de résumé sans paroles de l'opéra.

Pour les suites de valses, trois versions surclassent toutes les autres :

- Rudolf KEMPE et la somptueuse Staatskapelle de DRESDE (EMI ou BRILLIANT)

51uZ9Q9qQNL._SL500_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Fritz REINER et l'orchestre symphonique de CHICAGO (RCA)

51p7O3iO0eL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et, moins attendu, mais tout aussi somptueux, Eugen JOCHUM et le Concertgebouw d'Amsterdam (anc.PHILIPS, reparu en collection DGG/Eloquence):

515RFH04jnL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ce qui est de la "Grande suite", commençons par les versions à fuir, un "live" insupportable de lourdeur et de vulgarité de Lorin Maazel à New York (DGG téléchargement), un Georges Prêtre qui "rubatise", minaude tellement qu'on perd le fil de l'écoute avec l'orchestre de la SWR de Stuttgart (Hänssler). On aurait aimé citer Antal Dorati - qui a lui-même arrangé sa propre suite du Chevalier - mais la captation à Minneapolis d'un orchestre rugueux et sans charme ne rend pas justice à la partition.

Trois belles versions retiennent l'attention pour cette suite de concert (celle que donnent Ch.Arming et l'OPRL), deux avec l'orchestre philharmonique de Vienne.

- Christian THIELEMANN, Wiener Philharmoniker (DGG)

51IHbxJY7oL._SL500_AA300_.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- André PREVIN, Wiener Philharmoniker (DGG)

61SE6R4JQ4L._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin Eugene ORMANDY nous rappelle ce qu'il a fait de l'orchestre de Philadelphie qu'il a dirigé de 1938... à 1988 (SONY)

51iXI6rlBsL._SL500_AA300_.jpg

Commentaires

  • Je suis absolument fan de Sophie Koch en Octavian et Renée Fleming en Maréchale... (Le DVD dirigé par Thielemann est magnifique...)
    La scène finale est tellement émouvante...
    (Dommage que Diana Damrau soit si tendue dans la présentation de la rose...)

    En tout cas, ce DVD est très recommandable pour qui souhaite une version moderne...

Les commentaires sont fermés.