• HAYDN : L'INTEGRALE INACHEVEE

    On a trouvé sur le site italien d'Amazon un coffret de 32 CD à bas prix, regroupant toutes les symphonies de Haydn enregistrées dans les années 1980 et 1990 par Christopher Hogwood et son Academy of ancient music pour Oiseau Lyre.                                                       

    517BCL40zqL._SL500_AA300_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La présentation est trompeuse : il ne s'agit pas d'une intégrale des symphonies (comme Dorati ou Adam Fischer).

    Les dernières symphonies (les "Parisiennes", les 88 à 92, et les "Londoniennes" à l'exception des 94,96,100 et 104) en sont absentes, le projet initial n'ayant pas été mené à son terme. Mais tout le reste est passionnant, notamment toutes les premières symphonies, celles de la période "Sturm und Drang", et à ce prix, on ne se privera pas de redécouvrir cette somme, qu'on ne trouvait plus que sporadiquement et en petits coffrets séparés.

  • KLEMPERER EN MAJESTÉ

    Enfin trois fabuleux coffrets pour rendre un hommage plus que justifié à l'un des monuments de la direction d'orchestre au XXème siècle : Otto KLEMPERER, mort il y a 40 ans, en 1973, à 88 ans.

    Je sais bien qu'on objectera que le Klemperer des dernières années n'est que l'ombre du chef fougueux de l'entre-deux-guerres. Et quand bien même il serait plus lent, plus solennel, il reste un extraordinaire maître du discours, de l'architecture, de la grandeur. Rien n'est jamais anodin, banal. On ne décroche jamais à écouter Klemperer.

    Par exemple, dans Bruckner, Otto Klemperer est rarement cité comme une référence. Et pourtant il faut écouter ces cathédrales sonores si majestueuses, jamais pesantes ni vulgaires.

    51Jsi-rGRdL._SL500_AA300_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les Beethoven de Klemperer sont connus et respectés depuis longtemps : on s'étonne juste qu'EMI n'ait pas placé dans ce coffret de 10 CD la plus extraordinaire version de la Missa Solemnis que je connaisse ni son Fidelio légendaire. En revanche, on trouve ici tout le Beethoven symphonique, parfois en double ou triple ! Ainsi on peut entendre trois versions de la 7e symphonie (toutes en stéréo, 1955, 1960 et 1968. Absolument passionnant et magnifiquement enregistré au Kingsway Hall.

    510%2BwuLqYCL._SL500_AA300_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    51yzlDCDdJL._AA300_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quant au troisième coffret - tous les trois sont vendus à tout petit prix - c'est un patchwork assez (d)étonnant, avec un répertoire qu'on n'attend pas forcément de Klemperer, et où il se révèle passionnant, voire surprenant : Tchaikovski (les trois dernières symphonies), Dvorak (la "Nouveau Monde"), Franck, les quatre symphonies de Schumann (mais pas celles de Brahms rééditées par ailleurs), les versions les plus lumineuses, aériennes de l'Italienne et surtout du Songe d'une nuit d'été de Mendelssohn, les 5,8 et 9 de Schubert, une Fantastique de Berlioz, et quelques valses de Strauss :

    51IGayisDwL._SL500_AA300_.jpg