• LE ROI DE LA VALSE

    Ce n'est pas de saison, tant pis ! Mais on peut parler de la valse viennoise autrement qu'un 1er janvier et se réjouir de la parution d'un coffret EMI de 11 CD à petit prix, assez bizarrement intitulé: BALLROOM CLASSICS.517rk3vtozL._SL500_AA300_.jpg

                                                                                         

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On n'a jamais fait mieux dans ce répertoire que l'ancien violon solo "historique" du Philharmonique de Vienne, Willi Boskovsky. Le chic, l'élégance, sans empois, sans lourdeur, tout sonne toujours juste et beau.

    On connaissait déjà les deux anthologies consacrées à la famille Strauss, la première parue chez DECCA, la seconde enregistrée dans les années 80 avec un orchestre d'occasion formé des meilleurs éléments du Philharmonique et du Symphonique de Vienne, le Johann Strauss Orchester.51tDtVUOehL._SL500_AA300_.jpg

    51cuL4HxW0L._SL500_AA300_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le nouveau coffret EMI reprend les 6 CD du coffret Strauss mais regroupe quantité d'enregistrements parus séparément et aujourd'hui difficilement trouvables d'autres compositeurs contemporains ou épigones des Strauss: Lanner, Ziehrer, Millöcker, Lehar, Waldteufel, Suppé, Zeller, Komzak...

    En inconditionnel de cette musique, je croyais avoir fait le tour de la discographie de Boskovsky, et je suis heureux de retrouver dans ce coffret des enregistrements que j'ignorais. On a donc vraiment ici une malle aux trésors. Et contrairement à l'habitude, un livret qui ne fait pas dans le cliché ou l'approximation mais qui décrit un contexte historique et musical, et n'use pas de la langue de bois concernant par exemple la dynastie Strauss.

    Pour ce prix, un coffret INDISPENSABLE !

  • HOMMAGE à ARMIN JORDAN

    Armin JORDAN, disparu le 20 septembre 2006, aurait eu 80 ans ce 9 avril. Sauf erreur de ma part, aucun hommage particulier n'est prévu de la part de son éditeur historique, Erato, une des marques de Warner. On ne demande pas ce qu'EMI a fait pour un Karajan, la réédition intégrale en deux gros coffrets du symphonique d'une part, du lyrique d'autre part. Mais ça aurait de la gueule tout de même de proposer des rééditions économiques de manière plus systématique que les publications sporadiques que propose Warner.

    Sans prétendre à une quelconque exhaustivité, on aimerait retrouver dans ces hypothétiques coffrets les grands domaines de prédilection du chef suisse, la musique française et Mozart. Mais aussi Mahler, Schumann, Mendelssohn, Prokofiev...

    41J7y9%2BC2TL._SL500_AA300_.jpg

      51ZJ0Oz-L5L._SL500_AA300_.jpg41YBYWGVSFL._SL500_AA300_.jpg 51CqoTvjEvL._SL500_AA300_.jpg 51jufuUoucL._SL500_AA300_.jpg 51GQU0Oz2nL._SL500_AA300_.jpg 51CzrvDajYL._SL500_AA300_.jpg 41kPIGkEADL._SL500_AA300_.jpg51A%2BOCZMTCL._SL500_AA300_.jpg41AYNTTA2ZL._SL500_AA300_.jpg 41NTS1VVHXL._SL500_AA300_.jpg 61dUCroiorL._SL500_AA300_.jpg 41qGJ1IFPXL._SL500_AA300_.jpg 51YpEAV4oqL._SL500_AA300_.jpg 51yoYj6aLzL._SL500_AA300_.jpg 51vHp8iJriL._SL500_AA300_.jpg 51eMvhywtWL._SL500_AA300_.jpg 61OAp9g7maL._SL500_AA300_.jpg 51z-%2BddBvcL._SL500_AA300_.jpg 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il manque bon nombre de références aujourd'hui introuvables. En matière lyrique, Warner a un peu mieux travaillé en rééditant à petit prix pratiquement tous les opéras dont Armin Jordan a laissé des versions de référence :

    412b5broW1L._SL500_AA300_.jpg

    51--S8ZWpfL._SL500_AA300_.jpg519KcLr12BL._SL500_AA300_.jpg 51229466A8L._SL500_AA300_.jpg 
    41YNInYYCQL._SL500_AA300_.jpg51mUFPnn56L._SL500_AA300_.jpg