• RICHARD STRAUSS

    Deutsche Grammophon réédite en un coffret de 5 CD l'essentiel des enregistrements réalisés par Karajan des oeuvres symphoniques de Richard STRAUSS

    61meqPt9ASL._SL500_AA300_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On a sélectionné les versions les plus récentes de certaines oeuvres que le chef autrichien avait déjà enregistrées dans les années 1970. Prises de son supérieures et interprétations plus fouillées, moins clinquantes.

    CD 1 : Ainsi parlait Zarathoustra, Don Juan, Concerto pour hautbois (Lothar Koch)

    CD 2 : Don Quichotte (Antonio Meneses), Till Eulenspiegel, Danse des sept voiles de Salomé

    CD 3 : Une vie de héros, Mort et transfiguration

    CD 4 : Symphonie alpestre, Concerto pour cor n°2 (Norbert Hauptmann)

    CD 5 : Vier letzte Lieder, Die heiligen drei Könige, Scène finale de Capriccio (Anna Tomowa-Sintow), Métamorphoses

    La Philharmonie de Berlin est superlative. Très beau témoignage du dernier Karajan.

    Ce coffret ne détrône pas la somme léguée par Rudolf Kempe à la tête du plus straussien des orchestres, la Staatskapelle de Dresde.

    51hKHHl4HIL._SL500_AA300_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On peut aimer la rigueur altière de Karl Böhm, plus souvent exceptionnel dans les opéras que dans le corpus symphonique de Richard Strauss.

    41YF80KXN1L._SL500_AA300_.jpg

    P.S. Comme me le fait remarquer l'honorable commentateur ci-dessous, il manque à ce palmarès sans doute le plus grand straussien du XXème siècle, Fritz Reiner, dont les enregistrements légendaires - dans une somptueuse stéréo des années 50 - ont justement été réédités il y a quelques mois dans un coffret très bon marché :

    51XAXnQ7z9L._SL500_AA300_.jpg

  • CHARLES MUNCH

    Dans la galerie des grands chefs du XXème siècle, Charles Munch n'occupe pas, à mon sens, toute la place qui devrait être la sienne. Une des premières. Et pas seulement pour le répertoire français - Berlioz, Debussy, Ravel - dans lequel il excellait bien sûr.

    On est heureux de voir son éditeur historique, RCA, ressortir une partie importante de son legs discographique, les Beethoven, Brahms, Dvorak, Tchaikovski, etc. Dans des prises de son d'anthologie.

    51lB2Wq3plL._SL500_AA300_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    CD 1 : WAGNER, extraits du Ring et de Tristan et Isolde (avec Eileen FARRELL)

    CD 2 : TCHAIKOVSKI, Symphonie n°4, Sérénade pour cordes

    CD 3 : TCHAIKOVSKI, Symphonie n°6, Roméo et Juliette

    CD 4 : TCHAIKOVSKI, Concerto pour violon (avec Henryk SZERYNG), Francesca da Rimini

    CD 5 : DVORAK, Symphonie n°8, Concerto pour violoncelle (avec Gregor PIATIGORSKI)

    CD 6 : MAHLER, Lieder eines fahrenden Gesellen, Kindertotenlieder (avec Maureen FORRESTER)

    CD 7 : R.STRAUSS, Till Eulenspiegel, Don Quichotte (avec Gregor PIATIGORSKI)

    51XRL9TnAJL._SL500_AA300_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    BRAHMS: Symphonies 1, 2, 4, Ouverture tragique, Concerto pour piano n°1 (avec Gary GRAFFMAN), Concerto pour piano N°2 (avec Artur RUBINSTEIN) MENDELSSOHN: Symphonies n°3,4,5, Concerto pour violon (avec Jasha HEIFETZ), SCHUBERT: Symphonies n°2, 8, 9, SCHUMANN : Symphonie n°1, ouvertures de Manfred, Genoveva.

     

    51hLMn9K98L._SL500_AA300_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Incontournable évidemment, le coffret Berlioz/Munch