• SAINT-SAËNS CONCERTOS POUR PIANO

    L'avant-dernière Tribune des critiques de disques de France-Musique - l'émission est supprimée dans la grille de rentrée ! - diffusée le 27 juin dernier, était consacrée au 4e concerto pour piano de Saint-Saëns. François Hudry m'avait convié, avec Antoine Pecqueur et Rodolphe Bruneau-Boulmier, à l'écoute comparée de cette oeuvre.

    L'occasion de faire le point ici de la discographie des 5 concertos que Camille Saint-Saëns a écrits pour son instrument de prédilection : le compositeur français était lui-même un pianiste extrêmement virtuose.

    La version du 4e concerto qui nous a tous très heureusement surpris - virtuosité éclatante et poésie du pianiste, commentaire orchestral précis, raffiné et engagé - est celle de Jean-Philippe COLLARD et d'André PREVIN dirigeant le Royal Philharmonic. Prise de son de référence.

    61Ik7ru8-FL._SL500_AA300_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Immédiatement après, même si l'enregistrement sonne moins large et profond, une version justement remarquée à sa sortie, celle du fantastique pianiste anglais Stephen Hough et de l'orchestre de Birmingham dirigé par Sakari Oramo (Hyperion)

    51z19YIt1YL._SL500_AA280_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'intégrale réalisée pour Decca par Pascal Rogé et Charles Dutoit est d'une neutralité insuffisante pour convaincre.

    51HPB1C4NCL._SL500_AA300_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On ne peut malheureusement pas recommander les deux autres intégrales disponibles sur le marché, pour des raisons opposées d'ailleurs.

    La version longtemps citée comme une référence, d'Aldo Ciccolini et de Serge Baudo avec l'Orchestre de Paris, souffre d'une prise de son épouvantable, d'un orchestre qui sonne souvent faux et brouillon. Même problème de prise de son catastrophique à Toulouse, avec l'orchestre du Capitole pourtant dirigé avec sa fougue habituelle par Michel Plasson, mais un pianiste vraiment pâle et peu inspiré, Philippe Entremont.

    51zirM2qZVL._SL500_AA300_.jpg 51gRmsBJ1BL._SL500_AA300_.jpg