• GIULINI IN AMERICA

    Deutsche Grammophon publie au milieu de l'été un coffret intitulé GIULINI IN AMERICA, dont on pourrait imaginer logiquement qu'il regroupe tous les enregistrements effectués par le grand italien pour la marque jaune avec les orchestres américains qu'il a souvent dirigés, Los Angeles et Chicago.

    En réalité, il ne s'agit ici que des enregistrements SYMPHONIQUES réalisés à Los Angeles. Pourquoi les Schubert et Mahler par exemple faits à Chicago ont-ils été omis? Mystère. Sur certains sites comme www.amazon.com on précise "Vol.1", ce qui laisse entendre qu'il y aura un ou d'autres coffrets.

    51xLUVz2xqL._SL500_AA300_.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce coffret de 6 CD est néanmoins passionnant, puisqu'il permet de retrouver des enregistrements pour certains jamais réédités en CD. Même si Giulini a souvent repris (et réenregistré) les mêmes oeuvres.

    Détails des oeuvres :

    BEETHOVEN : Symphonies 3, 5, 6

    BRAHMS : Symphonies 1, 2

    DEBUSSY : La Mer

    RAVEL : Rhapsodie espagnole, Ma Mère l'Oye

    SCHUMANN : Manfred, Symphonie n°3

    TCHAIKOVSKI : Symphonie n°6

    Carlo Maria Giulini a été directeur musical du Los Angeles Philharmonic de 1978 à 1984. Pour Beethoven et Brahms, ses conceptions n'ont guère varié entre les versions réalisées à Londres dans les années 60 ou à Vienne plus tardivement dans les années 90. Tout est toujours extrêmement chantant, souvent trop placide, voire lent.

    En revanche, l'ouverture de Manfred et la 3e symphonie de Schumann sont d'une puissance, d'une vigueur et d'une ampleur exceptionnelles. La Mer est à la fois très détaillée - quelle précision orchestrale ! - souple et fluide.

    A acquérir pour de beaux témoignages de l'art de ce grand chef disparu il y a tout juste 5 ans.