• SZYMANOWSKI : SYMPHONIE N°2

     

    La deuxième symphonie de Karol Szymanowski, que François-Xavier Roth a dirigée mardi soir à la tête de l'OPL, a été pour beaucoup une révélation. Ce compositeur polonais, contemporain de Ravel et Roussel (il est mort la même année qu'eux en 1937), est étrangement méconnu et encore trop peu joué et enregistré.

    Il existe néanmoins quelques magnifiques versions de cette 2e symphonie.

    decoration

    On ne trouve plus très facilement un fabuleux double CD DECCA, avec les versions les plus somptueuses orchestralement des 2e et 3e symphonies de Szymanowski par Antal Dorati et l'orchestre symphonique de Detroir.

     

     

  • BRITTEN : THE YOUNG PERSON'S GUIDE TO THE ORCHESTRA

    Dans le cadre du festival de l'OPL "Visa pour l'Europe" qui a débuté lundi, je compte faire ici chaque jour le point de la discographie des grandes oeuvres jouées durant cette semaine.

    Lundi c'était la pièce de Britten écrite en 1946 en vue d'un travail pédagogique de découverte de l'orchestre : "The young person's guide to the orchestra" ou Variations sur un thème de Purcell (thème tiré de la musique de scène "The Moor's revenge")

    decoration

    La version de référence est - comme souvent pour l'oeuvre de Britten - celle du compositeur enregistrée magnifiquement avec le London Symphony, mais sans texte de présentation (DECCA)

    decoration

    A recommander chez Naxos, avec le même orchestre, une excellente version dû à l'un des plus proches disciples de Britten, Steuart Bedford.

    decoration

    Pour les anglophones, un savoureux disque de Leonard Bernstein, qui fait le récitant pour "Pierre et le Loup" ou le "Carnaval des animaux"... mais laisse à une voix d'enfant le soin de dire le texte d'Eric Crozier pour ce "Guide de l'orchestre"

  • CHOPIN : NOCTURNES

    2010 est une aubaine pour les anniversaires : Chopin, Schumann nés l'un et l'autre en 1810.

    Commençons par Chopin, qui a ou va donner lieu à nombre d'intégrales ou de compilations de grande qualité. On y reviendra.

    Mais pour l'heure les Nocturnes, qui occupent une place centrale dans l'oeuvre de Chopin. Et quelques versions admirables, qui ne comptent pas toutes parmi les plus connues.

    Artur Rubinstein bien sûr (RCA)

    decoration

    Dans les profondeurs du piano, l'austère et noble Claudio Arrau (Philips)

    decoration

    Pour moi la grande révélation de ces dernières années, la version de Ciccolini (Cascavelle)

    decoration

    Et bien sûr mon cher Stefan Askenase (DGG)

    decoration