• NATHAN MILSTEIN

    De la génération de Vladimir Horowitz, dont il fut le partenaire et l'ami avant leur départ de Russie, le violoniste Nathan Milstein est, aujourd'hui, sinon oublié du moins négligé du grand public. Alors qu'à l'égal d'un Oistrakh, d'un Ferras, d'un Heifetz, il est entré dans la légende du violon.

    EMI a l'excellente idée de rééditer, dans sa collection à très bas prix Icon, un coffret de 8 CD.

    Beaucoup d'enregistrements parus sous le label américain d'EMI, Angel, reparus épisodiquement, mais indisponibles depuis longtemps. Dommage seulement qu'EMI n'en ait pas profité pour rééditer la totalité du legs Milstein, il manque les versions de référence des deux concertos de Prokofiev par exemple.

    Mais que de trésors dans ce coffret, de superbes concertos de Beethoven, Brahms, Dvorak, et la référence du 3e concerto de Saint-Saëns (jusqu'à la parution, dans quelques mois, de la version de Tedi Papavrami, François-Xavier Roth et l'OPL chez Aeon !)

     

    De Milstein, on écoutera aussi une version insurpassée des Sonates et Partitas de Bach parue en 1973 chez Deutsche Grammophon

     

    Et si on le trouve encore un magnifique double album de concertos (Mendelssohn, Tchaikovski, Brahms, enregistrés avec Abbado et Jochum)

     

    decoration

    decoration

  • MARTHA ARGERICH

    Deutsche Grammophon réédite peu à peu, en coffrets thématiques, l'intégrale des enregistrements de Martha ARGERICH.

    Après les pièces pour piano seul, les concertos :

    ref=dp_image_0.jpg

     

    ref=dp_image_0.jpg

     

    Tout a déjà dit sur la "légende" Argerich. Et tout est vrai sur sa technique prodigieuse - elle-même reconnaît qu'elle n'a jamais eu de problème de ce côté-là ! - , une "patte" qui n'est qu'à elle, reconnaissable entre toutes. 

     

    Mais Martha Argerich ne se réduit pas à un phénomène du clavier. C'est une artiste exceptionnelle qui connaît la musique, et pas seulement la littérature pianistique, de manière approfondie, a une vraie réflexion sur les oeuvres et les compositeurs, et n'aborde qu'avec parcimonie des répertoires où elle ne se sent pas à l'aise.

     

    Sa discographie concertante en est le témoin: le coffret qui vient de sortir contient deux fois le concerto en sol de Ravel, deux fois le 1er de Tchaikovski, deux fois le 2e de Beethoven, mais aucun Bartok, pas tous les concertos de Beethoven,  Ni Mozart qu'elle a pourtant joué en concert.

     

    Viva Martha !!