• SAINT-SAENS CONCERTOS POUR PIANO

    Saint-Saens et ses concertos pour piano semblent connaître un regain d'intérêt depuis quelques mois, alors que depuis 25 ans, les parutions se faisaient rares (à l'exception - notable - d'une belle intégrale due à Stephen Hough et à l'orchestre de Birmingham sous la baguette trop pâle de Sakari Oramo).

    Saint-Saëns: Concertos pour piano No. 2 & 5

    Brigitte Engerer (qu'on pourra applaudir en récital à Liège le 11 janvier prochain) prouve, par ce nouvel enregistrement, qu'elle est une des plus grandes pianistes du moment. Tant le 2e que dans le vétilleux 5e concerto, on tient la référence moderne de ces oeuvres. Bien loin devant la version récente elle aussi de Jean-Yves Thibaudet et de Charles Dutoit avec l'orchestre de la Suisse romande (Decca).

    Je n'ai pas entendu le CD, récent lui aussi, des 4e et 5e concertos par Aldo Ciccolini et l'orchestre de Montpellier mais je préfère en rester à la très belle intégrale qu'il a signée dans les années 70  avec Serge Baudo, idéal avec l'Orchestre de Paris (EMI).

    Concerto Pour Piano N°4 - Concerto Pour Piano N°5 "Egyptien"Concertos pour piano

    Et ne jamais oublier la version chicissime et pétillante du 2e concerto par Artur Rubinstein (RCA)

    Rubinstein Plays Saint-Saëns, Franck & Liszt [Hybrid SACD]

     

  • CASSE NOISETTE

    S'il y a une oeuvre de circonstance pour Noël, c'est bien le ballet "Casse-Noisette", le chef d'oeuvre de Tchaikovski. Qui peut, qui doit s'écouter dans son intégralité, l'habituelle suite d'orchestre ne rendant pas compte de la somptuosité, de l'invention mélodique de cette partition.

    Quelques références à prix doux à conseiller (comme cadeaux?), dans l'ordre de mes préférences:

    Coffret 2 CD Classique : Casse-noisette / La Belle au bois dormant

    Antal Dorati et le Concertgebouw d'Amsterdam sont incontournables, magnfiques de bout en bout (PHILIPS Duo)

    Tchaïkovski - Casse-noisette

    Gergiev (sur un seul disque!) donne avec son orchestre du théâtre Marinski une version authentiquement russe (et bien meilleure que sa récente version du Lac des cygnes)

    Pas disponible sur le marché européen, mais magique aussi la version d'Ernest Ansermet avec l'Orchestre de la Suisse Romande (DECCA)

    On peut aussi écouter avec plaisir, même si elles sont moins caractérisées, les belles versions de Mariss Jansons (avec Oslo / EMI )

    Tchaikovsky: The Nutcracker; 1812; Francesca da Rimini; Romeo and Juliet

    ou de Tilson-Thomas avec le Philharmonia (SONY)

    Tchaikovsky: The Nutcracker (Complete)

     

  • ANTONI WIT

    On connait le grand chef polonais Antoni Wit, qui a peu de concurrents dans le répertoire du XX° siècle avec les formations dont il a eu ou a toujours la responsabilité (actuellement l'orchestre philharmonique de Varsovie). NAXOS vient de publier, coup sur coup, deux superbes disques enregistrés par Antoni Wit..avec l'orchestre symphonique de Nouvelle-Zélande !! Une phalange dont je n'avais pas entendu parler jusqu'à présent (et c'est bien un des avantages de Naxos que de révéler des artistes du monde entier!).

    A.Wit poursuit, en Nouvelle-Zélande, une intégrale des poèmes symphoniques du compositeur polonais Mieczyslaw Karlowicz. Et, beaucoup moins attendu, nous donne "LA" version moderne et la plus complète au disque des ouvertues de Waber. Dans des prises de son de démonstration. Et même si l'orchestre n'a pas - encore - une identité sonore très affirmée.

    Odwieczne piesni (Eternal Songs), Op. 10: III. Piesn o wszechbycie (Song of Eternity)

    Weber: Overtures

     

  • UN PIANISTE EXCEPTIONNEL

    La vie musicale est ainsi faite que certains grands artistes font une magnifique carrière sur certains continents ou dans certains pays... et sont totalement ignorés d'autres. Ainsi le pianiste américain Horacio Gutierrez dont a beaucoup parlé au début de sa carrière dans les années 1970...

    Le label américain TELARC vient de ressortir, à petit prix, des CD doubles qui permettent de (re)découvrir ce magnifique artiste.

    Des concertos de Brahms de très haut niveau - somptueusement enregistrés de surcroît), les 2e et 3e concertos ainsi que la Rhapsodie Paganini de Rachmaninov, le 1er concerto de Tchaikovski, le 3e concerto de Prokofiev (ces deux derniers intelligemment couplés avec de très belles versions de symphonies des deux Russes).

    Tchaikovsky: Piano Concerto No. 1: II. Andantino semplice - Prestissimo - Tempo I

    Rachmaninoff: Concerto No. 2 in C minor: I. Moderato

    Everybody's Brahms: Piano Concertos 1 and 2, Haydn Variations, Solo Piano Pieces

     

    P.S. Pour les curieux, on trouve dans l'album Rachmaninov un "live" ahurissant, prodigieux, de la 2e sonate, par Lang Lang à ses tout débuts à Tanglewood

     

  • MENDELSSOHN SYMPHONIES

    2009 va être une année faste en anniversaires musicaux (200 ans de la mort de Haydn, 250 de celle de Haendel, et 200 ans de la naissance de Mendelssohn). Mendelssohn a toujours été bien servi par le disque, notamment pour ses cinq grandes symphonies. Le coffret DGG d'Abbado avec le symphonique de Londres reste l'un des plus recommandables Mais Brilliant classics a eu la bonne idée d'éditer l'intégrale vraiment complète des symphonies de Mendelssohn, avec les 12 "symphonies de jeunesse" pour cordes (avec la version alternative de la 8ème avec vents), dans des versions de tout premier plan. Pour les symphonies de jeunesse, Lev Markiz et son "Neeuw Sinfonietta Amsterdam" naguère édité chez BIS, et pour les cinq de la maturité, une splendide version disparue depuis longtemps, celle de Wolfgang Sawallisch et du New Philharmonia, autrefois Philips.